AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Diana Hunter a.k.a. Artémis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Artémis

avatar

Nombre de messages : 63
Âge : 19 ans
Emploi : Étudiante en anthropo
Clan : Ordaphe
Date d'inscription : 09/05/2009

Niveau et Capacités
Niveau Niveau:
1/100  (1/100)

MessageSujet: Diana Hunter a.k.a. Artémis   Dim 10 Mai - 0:06




Nom : Hunter

Prénom : Diana

Surnom : Artémis

Âge : 19 ans

Métier ou Études suivies : Études en anthropologie, 1ere année

Lieu de Résidence : Campus de l'université

Relations particulières : Diana a laissé aux États-Unis sa famille et ses amis pour se étudier à Sinespirac. Mis à part quelques personnes du clan, elle ne connaît personne en ville. Il y a une possibilité qu'elle ait de la famille lointaine dans la région, mais elle n'a a jamais vraiment fait connaissance avec la famille de sa mère biologique.

Signe distinctif : La jeune femme est plutôt douée au tir à l'arc, mais aussi avec des armes à feu (il faut bien suivre l'évolution technologique!)

Description physique : Ayant souffert récemment d'anorexie, Diana est encore plutôt maigre, mais elle regagne peu à peu du poids. Elle a déjà l'air plus en santé qu'il y a quelques semaines, son corps reprenant des courbes féminies plus prononcées avec le temps bien qu'elles n'ont jamais été très arrondies. Son visage a repris des couleurs, son teint blafard remplacé par un pêche plus vivant, et ses iris ressortent par la vivacité de leur vert clair. Elle colore habituellement ses lèvres d'un rouge cerise et maquille ses yeux avec du mascara et un crayon noir. Sa longue chevelure ébène, souvent laissée libre dans son dos, est soyeuse et impossible à dompter.
Côté vestimentaire, elle porte des vêtements ajustés, souvent monochromes. Que ce soit des jeans avec un t-shirt ou une robe courte, elle reste dans le fashion simple. Sa garde-robe est variée et elle s'habille selon ses envies du moment. Il lui arrive aussi de changer de tenue plusieurs fois par jour. Ses chaussures sont aussi diversifiées que ses tenues afin que le tout soit en harmonie.

Description psychologique : Diana possède quelques qualités propres à son clan, et quelques défauts, mais elle reste une personne unique difficile à comprendre. D'ailleurs, elle considère que la nature humaine est compliquée par définition et souvent paradoxale. Dans le passé, elle était beaucoup plus impulsive qu'elle ne l'est à présent. Ayant toujours été perfectionniste, parfois à l'extrême, elle est très dure envers elle-même, se poussant toujours plus loin. Elle tient peu compte de ses limites, préférant croire qu'elle peut toujours les dépasser. Elle n'aime pas penser qu'elle puisse être vulnérable. L'apparence ayant une importance capitale pour elle, elle s'est auto-détruite peu à peu jusqu'à ce qu'elle réalise à quel point c'était futile et malsain. À présent, elle est beaucoup plus réfléchie dans ses décisions et agit rarement sans réfléchir aux conséquences. Sa tendance à oublier ses faiblesses et ses habitudes vestimentaires persistent malgré tout.
Parce qu'elle est orgueilleuse, elle n'aime pas déclarer forfait et ne revient pas sur sa parole. Bien qu'elle dise ce qu'elle pense en toute honnêteté, elle n'est jamais très explicite quant à ses intentions et ses sentiments. Pourtant, c'est une personne de confiance qui va facilement vers les autres. Malgré un visage neutre qui intimide parfois les autres, elle est d'agréable compagnie et aime bien être entourée. Elle se sent également proche de la nature, un des seuls endroits où elle se sent entièrement à l'aise. Elle a d'ailleurs beaucoup hésité entre l'étude environnementale et l'anthropologie lorsque le temps de choisir sa branche est venu, mais elle a finalement penché pour l'étude de l'être humain.

Autre(s) : Ses erreurs et son passé, incluant sa période anorexique, sont des sujets à éviter puisqu'elle n'aime pas se rappeler qu'elle possède des points faibles, comme tout le monde.



Sentiments vis-à-vis des Autres clans et conception de la Lutte des Cités : Parce qu'elle ressent les sentiments d'une autre vie, Diana entretient une haine et un désir de vengeance vis-à-vis les élémentaristes des autres clans. Elle préfère se tenir loin d'eux et évite tout contact avec eux, si possible. Par contre, malgré la petite voix dans sa tête lui soufflant d'agir, elle n'ira pas les provoquer et ne se battra pas contre eux s'ils ne viennent pas la chercher. Elle préfère attendre de bien connaître ses ennemis avant de les détruire, mais comme elle se connaît encore mal, ce ne sera pas pour demain!

Pouvoir d'Attaque : Diana peut manipuler la forme du bois à sa guise, mais ne peut aucunement augmenter sa masse. Par exemple, d'une simple branche, elle peut créer une flèche et possède donc dans une forêt une source de projectiles quasi illimitée. Elle peut également réunir deux morceaux pour n'en faire qu'un seul, ce qui lui permet de faire de plus gros objets. Elle a besoin d'un contact physique avec l'objet en question afin de pouvoir en faire ce qu'elle veut. Il faut qu'elle se concentre et visualise l'object final qu'elle veut créer et le bois prend forme en quelques instants. Elle ne peut faire qu'une modification par objet (ou fusion) à l'intérieur de 24 heures pour le moment et ne peut que fusionner 2 objets ensemble.

Pouvoir de Défense : Elle peut également solidifier le bois afin de le rendre aussi dur que de la pierre. Combiné à son pouvoir d'attaque, elle peut créer des flèches aux pointes plus résistantes ou alors un bouclier de bois efficace. Cette modification alourdi également l'objet qui ne conserve que sa texture. Elle ne peut modifier un objet après l'avoir solidifié puisqu'il perd les propriétés initiales du bois. Pour le moment, l'objet n'est solidifé qu'en surface (profondeur de 0,5 cm), comme une armure. Contact physique également nécessaire.



Objectif éventuel de développement : Comme la plupart des Élus, elle veut comprendre la nature de ses pouvoirs. En tant qu'étudiante en athropologie, elle s'intéresse de près au phénomène: pourquoi maintenant, pourquoi eux, ce qui s'est passé à l'époque, etc. Bien entendu, elle veut également trouver un moyen de calmer l'esprit vengeur en elle et améliorer la maîtrise de ses pouvoirs.

Comment avez-vous entendu parler des Élus ? Annuaire de Forumactif =)

Qu'est ce qui vous à le plus plu sur ce forum ? Bien des choses, à vrai dire ^^ Je suis une joueuse plutôt expérimentée de RP et j'ai beaucoup apprécié la qualité de la langue et le contexte développé offert par ce forum. Et puis, le design est un méga plus!

Disponibilité : Habituellement je peux me connecter tous les jours. Je dois préciser que je vis de l'autre côté de l'océan, au Québec, et donc que mes heures ne seront pas nécessairement les vôtres, bien que mon horaire soit très irrégulier ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leselus.actifforum.com/le-registre-f3/diana-hunter-aka-ar
Artémis

avatar

Nombre de messages : 63
Âge : 19 ans
Emploi : Étudiante en anthropo
Clan : Ordaphe
Date d'inscription : 09/05/2009

Niveau et Capacités
Niveau Niveau:
1/100  (1/100)

MessageSujet: Re: Diana Hunter a.k.a. Artémis   Dim 10 Mai - 22:14



    Entrevue avec Artémis, 17 juin 2007

    « On dit que nos vies passées influencent celles à venir, que toutes les bonnes et mauvaises actions sont comptabilisées et qu'elles nous reviennent. Plus l'on a fait de bonnes actions, plus notre vie est agréable et heureuse. Au contraire, si l'on a fait de mauvaises actions, nous en souffrirons dans un avenir plus ou moins proche. Certains appellent ce phénomène "karma", d'autres, "destin". Mais je ne crois pas à tout cela, ni en aucune divinité de ce monde. Je crois qu'il existe des énergies qui agissent sur nous, mais nous sommes les seuls maîtres de notre avenir. Le futur peut toujours changer, rien n'est coulé dans la pierre. Si j'ai tort et que ce "destin" existe réellement, c'est que j'ai été une terrible personne dans une autre vie, car celle-ci n'a pas été facile. »

    Fiche de la patiente

    Nom: Diana Hunter, ou Artémis
    Statut: Étudiante
    Date de naissance: 13 mai 1990
    Sexe: Féminin
    Cheveux: Noirs
    Yeux: Verts
    Grandeur: 1m 67cm
    Poids: 31 kg

    Père: William Hunter
    Statut: Absent
    Date de naissance: 12 décembre 1968
    Sexe: Masculin
    Cheveux: Bruns
    Yeux: Verts
    Grandeur: 1m 89cm
    Poids: 79 kg

    Mère: Isabelle Hunter
    Statut: Décédée
    Données non disponibles


    Le docteur Jack Miller regarda sa feuille et soupira. Une autre adolescente victime de la mode, Diana Hunter, venait d'entrer à l'hôpital. Elle se surnommait Artémis en déclarant que c'était en l'honneur de la déesse de la chasse dont elle avait hérité le talent. Elle avait perdu énormément de poids et devait être suivie de près afin qu'elle retrouve la santé. Il avait remarqué qu'elle n'avait pas semblé être très motivée à modifier ses habitudes alimentaires. Apparemment, son père en avait assez de ses caprices et l'avait envoyée "se faire soigner". Il avait signé un joli chèque et puis, au revoir! Ça n'allait pas être facile de l'aider si elle ne désirait pas sortir de cet état.

    « Mon père? C'est un beau salaud. Il ne m'a jamais regardée en face depuis que ma mère est morte. Deux semaines après que je sois devenue orpheline, parce que je considère avoir perdu mes deux parents quand elle est morte, il a ramené un femme à la maison. Une blondasse stupide et riche qui ne voulait que s'enrichir. Ils se sont mariés et je me suis retrouvée avec deux demi-frères qui me détestaient autant que moi je les détestais. Il m'a toujours tenue responsable de la mort de ma mère. Je ne comprends pas pourquoi il m'a gardée malgré le fardeau que je suis de toute évidence pour lui! Eh bien, il doit être heureux d'avoir enfin trouvé un moyen de se débarrasser de moi! »

    Selon le rapport, elle avait perdu sa mère à l'âge de 6 ans. Celle-ci, clouée au lit, était atteinte d'une faiblesse musculaire inexplicable. On croyait que c'était dû à la grossesse difficile qu'elle avait connu, mais ce n'était pas certain. L'enfant aurait été mise au monde par césarienne un mois prématurément, ce qui est énorme. Pourtant, elle ne semblait pas avoir souffert de cette précocité. Au contraire, elle était bien développée et elle ne souffrait d'aucun trouble d'apprentissage. Pour le moment, elle était très maigre, ce qui déformait ses traits, mais elle finirait par retrouver son apparence naturelle.

    « Ma relation avec ma belle-mère est facile à définir: haine. Elle me voit comme le vestige de sa concurrente, de sa rivale. Tout le monde dit que je ressemble à ma mère, qui était une beauté avant sa maladie, alors elle se sent insécure. Avec ses cheveux blond platine, ses implants et son maquillage de pute, elle croit être la reine du bal, mais elle est une véritable sorcière. Elle m'a déjà traitée de monstre, de démon, et déclaré que j'étais possédée par un esprit malsain. Bon, j'avais accidentellement blessé son plus jeune fils, mais ce n'était pas une raison de me frapper. »

    La seconde femme de l'avocat William Hunter avait l'habitude de violenter sa belle-fille. Le docteur Miller voyait au dossier qu'elle portait des marques de graffignures et des rougeurs sur le corps. On pouvait conclure que la violence verbale était accompagnée de coups. Il pouvait comprendre que Diana soit devenue obsédée par son image au point à s'en rendre malade. Heureusement, ici, elle serait à l'abri de cette femme qui ne viendrait pas détruire son estime de soi en reconstruction.

    « Oui, je m'ennuie de ma mère. Je pense souvent à elle. Je me rappelle, quand j'étais enfant, j'allais souvent la voir dans sa chambre. C'était sombre et ça sentait le renfermée. Elle était pâle dans ses draps fleuris, toute petite. Elle avait perdu beaucoup de poids, elle aussi, et elle parlait très peu. Elle aimait me raconter comment elle et mon père s'étaient rencontrés. C'était une jolie histoire de coup de foudre. Elle était de Paris et elle me parlait en français. Elle voulait que je sois bilingue. Mon père s'était ensuite opposé à ce que je parle français à la maison. Bien sûr, j'ai continué à ma pratiquer en cachette, je ne voulais pas perdre cet héritage. Mais je savais que ça lui faisait mal et qu'il l'aimait probablement encore. Je sais qu'à l'époque, les rares fois qu'il était à la maison, il passait son temps enfermé dans sa chambre. Et moi, je jouais avec mes jouets et ma nounou. Lorsqu'il sortait, il avait tellement l'air fatigué. Il me souriait et me disait au revoir, puis il retournait au boulot. »

    Apparemment, elle avait été élevée principalement par une vieille femme engagée par monsieur Hunter. Ses parents n'étant pas présents, elle s'occupait ailleurs. Aller à l'école a été une grande libération pour elle, ayant enfin accès à des relations humaines moins destructrices pour l'enfant qu'elle était. Pour le docteur, jamais elle n'aurait dû être aussi seule. Si sa propre femme était malade, il aurait passé le plus de temps possible avec ses enfants pour éviter qu'ils en souffrent trop. Peut-être que William souffrait trop lui-même pour se rendre compte de la souffrance de sa fille.

    « Juste une fois, une seule fois, me suis-je sentie à ma place. C'était un été, mon père nous avait tous emmenés en camping. Bon, c'était dans une roulotte, mais c'était en forêt. J'ai adoré sentir les odeurs des plantes et des arbres, entendre les oiseaux chanter, sentir le vent dans mes cheveux. Mais c'est là que j'ai blessé mon demi-frère. On jouait aux Indiens, mais ils étaient tous les deux contre moi. J'avais un arc de plastique et des flèches avec des ventouses. Eux, ils avaient des pistolets à eau. J'étais largement désavantagée et je le savais. Je suis de nature compétitive, alors je voulais gagner. J'ai pris une branche et j'ai fait comme si c'était une flèche. J'ai tiré et voilà, il était blessé. Quand j'ai retiré la branche, j'ai remarqué qu'elle était lisse et pointue, comme une vraie flèche de bois. J'ai paniqué et je l'ai jetée. C'était la première fois que ça m'arrivait. »

    Ce point rendait le docteur perplexe. La branche se serait donc métamorphosée? Il croyait plutôt que c'était l'imagination débordante de l'enfant. Elle avait pourtant raconté d'autres événements similaires. Peut-être que, après tout, avait-elle un problème, un retard mental. Il y avait toujours la possibilité d'une légère schizophrénie, mais à part ces incidents, elle semblait tout à fait "saine d'esprit". C'était une jeune femme talentueuse, comme son dossier scolaire le témoignait. Elle était impliquée dans le club de tir à l'arc, suivait des cours de sculpture en-dehors des heures de cours, elle était dans le club de danse moderne, elle chantait dans la chorale et elle était dans le comité environnemental. Il y avait également une mention qui indiquait qu'elle avait suivi la formation pour apprentis policiers, qui incluaient une introduction au tir et au combat corps à corps, durant laquelle elle s'était démarquée et ses résultats scolaires étaient proches de la perfection.

    « Mon père travaille dans le domaine de la justice. Je pensais qu'en devenant policière, je pourrais peut-être l'intéresser un peu, mais j'ai eu tort. Il m'a regardée et m'a dit que ce n'était pas un métier pour une femme. À l'école, je participais à toutes sortes d'activités, le plus possible pour être à la maison le moins possible. J'avais un talent inné pour toutes sortes de choses, semblait-il. Je n'étais pas excellente, mais j'étais bonne, juste assez pour m'attirer des compliments. Je ne pensais pas passer ma vie dans aucun de ces domaines. Ce qui m'intéresse le plus, ce sont les études que je mène avec mes copains à l'école. On a dressé une liste des différents groupes sociaux et on a fait un portrait des caractéristiques principales de leurs membres. Par exemple, les cheerleaders: elles sont toutes très jolies, minces, habillées avec (le même) style, leur apparence est très importante, et elles sortent avec un sportif. Elles sont d'excellentes danseuses et gymnastes, mais elles ne sont pas toutes des lumières. Leurs intérêts restent superficiels, mais elles sont étrangement les filles les plus populaires de l'école. »

    Ce genre d'étude semble la motiver énormément. Miller songea que c'était peut-être une des causes de son anorexie. Elle détestait en parler, mais il fallait bien comprendre la source de son désir de perdre du poids aussi rapidement. Bien que la société donne comme modèle des femmes trop maigres, l'anorexie ne vient jamais seule. Il y avait sûrement des sources plus profondes et il voulait guérir sa patiente, comme tous ses autres patients avant elle.

    « Moi? Vouloir devenir une cheerleader? Nah, jamais! Elles sont trop bêtes, et puis j'aime bien mes copains. Je m'amuse beaucoup avec eux et je n'ai pas envie de me coller à cette image de barbie. Bon, je sais que l'apparence est primordiale pour moi, d'où mon immense garde-robe, mais je n'irais pas me joindre à elles. Elles sont trop comme ma belle-mère. Bon, je peux y aller maintenant? »

    Le rapport se terminait là. À la fin de la semaine, il aurait une autre entrevue avec elle. Il se gratta la tête un instant, puis referma ses papiers. Il rangea le dossier dans un classeur derrière son bureau, puis ferma la lampe. Il sortit de la pièce et barra la porte avant de rentrer chez lui. Il avait une femme et deux beaux enfants, un garçon et une fillette, qui l'attendaient.

    19 décembre 2008

    Artémis sortit de l'hôpital. Elle avait repris du poids, assez pour rassurer les médecins. Et puis, elle avait repris des habitudes alimentaires saines. Elle était assez stable pour continuer une vie normale. Durant son séjour, elle avait dû réfléchir aux études universitaires. Elle suivait des cours par correspondance, ce qui lui permettait de ne pas prendre de retard, mais elle restait dans une formation générale. En discutant avec les divers professionnels de l'hôpital, elle se rendit compte qu'elle s'intéressait beaucoup à l'être humain. Choisissant alors l'anthropologie, elle décida de continuer ses études à l'étranger. Pas question qu'elle retourne chez elle, lieu où elle se sentait prisonnière. L'envie d'aller en France, pays natal de sa mère, était très forte. Après s'être informée, elle s'inscrit dans une université réputée située dans le sud du pays, à Sinespirac. C'était décidé, elle déménageait.

    1er janvier 2009

    Nouvel an, nouvelle vie, nouveau départ. Transférée à l'université de Sinespirac, la jeune femme se sentait libérée des pressions de Los Angeles. Elle fut accueillie par une étrange personne, selon elle. Celle-ci l'emmena dans un endroit qu'elle nommait Ordaphe. Elle lui expliqua ce qu'elle devait savoir concernant la Magie Élémentaire, les Clans et ses pouvoirs. Au début incrédule, elle avait de la difficulté à croire ce qu'elle disait être des histoires enfantines. Elle devait pourtant se rendre à l'évidence que c'était le monde auquel elle appartenait. Les nombreuses fois qu'elle avait modifié le bois qu'elle touchait étaient suffisantes comme preuves, sans parler de cette ville secrète où elle se trouvait présentement. Elle accepta alors son appartenance aux élémentalistes de terre et le fait qu'une guerre oubliée faisait à nouveau rage parmi les différents Clans. Elle déclara qu'elle n'y prendrait part que si elle se voyait directement impliquée, mais qu'elle ne combattrait pas sans raison. Le passé appartenait au passé, et ce malgré cette voix intérieure de plus en plus présente qui la pressait de venger les morts.

    10 mai 2009
    La vie continue son cours et Diana s'intègre peu à peu dans sa nouvelle communauté. Elle reste distante, surtout à cause de cette histoire de Clans et de guerre, et elle évite d'utiliser ses pouvoirs le plus possible. L'idée de s'attirer des ennuis est loin d'être alléchante. Elle veut plutôt profiter de la vie et finir ses études! Elle a pris connaissance de l'incident du bal peu de temps après son arrivée et elle médite encore sur le sujet. Ne se sentant pas directement concernée, elle voit pourtant la souffrance causée par cet événement. Elle ignore comment agir face à cela et préfère donc regarder de loin plutôt que de faire une connerie. Le temps d'intervenir viendra, il suffit d'être patient...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leselus.actifforum.com/le-registre-f3/diana-hunter-aka-ar
Chloé
Conseiller d'Ordaphe
Conseiller d'Ordaphe
avatar

Nombre de messages : 232
Age : 32
Âge : 24 ans
Emploi : Responsable de la réserve et des archives du Musée
Clan : Ordaphe
Date d'inscription : 12/10/2007

Niveau et Capacités
Niveau Niveau:
1/100  (1/100)
MessageSujet: Re: Diana Hunter a.k.a. Artémis   Sam 23 Mai - 19:38

Bienvenue !!!

Pour ma part, je ne vois rien à redire. Juste quelques petites expressions que je ne connais pas (mais j'ai compris via le contexte), ce qui est normale puisqu'un océan nous sépare (d'après ce que j'ai compris), donc pas de problème pour moi ^^

En tout cas fiche très intéressante, j'ai hâte de voir ce que tu donne en rp Wink

Malheureusement, même si mon avis compte, il te faut la validation d'un Admin avant de commencer.
[Je sais qu'ils préparent des exams d'où l'attente]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leselus.actifforum.com/elementalistes-de-la-terre-f76/chl
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Diana Hunter a.k.a. Artémis   

Revenir en haut Aller en bas
 
Diana Hunter a.k.a. Artémis
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Rise : Blood Hunter
» Hunter "Apache CATS"
» BLADE HUNTER REDUX - BLADE RUNNER
» City Hunter : Nicky Larson
» Mon Topic de vente de P.O.P, Monster Hunter,...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Élus :: Les [É]lus :: Le Registre-
Sauter vers: