AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Le Réveil Espéré

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Antonio
Grand Chevalier d'Ordaphe
Grand Chevalier d'Ordaphe
avatar

Nombre de messages : 671
Âge : 23 ans
Emploi : Etudiant Universitaire / Vendeur chez un disquaire
Clan : Ordaphe
Date d'inscription : 27/05/2006

Niveau et Capacités
Niveau Niveau:
1/100  (1/100)
MessageSujet: Le Réveil Espéré   Mar 2 Sep - 15:14


C'était un soleil pâle et aveuglant qui traversait les vitres des fenêtres de la chambre, une pièce entièrement blanche - ou presque - qui rendait encore plus éclatante cette clarté qui s'imissait à l'intérieur. La tenue bleue ciel dans laquelle le garçon avait été habillé et la poche rouge à laquelle était reliée la voie veineuse qu'on lui avait placé étaient les seuls éléments colorés de la pièce, deux tâches de couleur dans cette scène vide de toute autre teinte. Le jeune homme qui se trouvait là portait sur son dossier le nom d'Antonio Pedrucci, âgé d'un peu plus d'une vingtaine d'années, ramené quasiment inconscient par deux camarades à la suite d'un incendie, et tombé dans une inconscience totale après son arrivée dans les locaux. C'était ce qu'avait lu le médecin sur le dossier. Aucune réponse ni motrice, ni verbale, des yeux imperturbablement clos quoiqu'il arrive, le jeune homme était donc d'après l'échelle de Glasgow dans un état de coma profond, pour des raisons inconnues encore. L'incendie n'était pas responsable de cette inconscience. Aussi, des traces de coups, de griffures et de brûlures importantes avaient été retrouvées sur le corps du patient, s'aditionnant aux quelques côtes qu'on avait constatées brisées. Le genre de coups qu'il avait reçus n'étaient pourtant pas capables de faire tomber un quelconque homme dans un coma aussi lourd. Ce cas restait un mystère, aux yeux de la médecine comme aux yeux de la police, puisqu'une enquête avait été mise en place et que le témoignage probablement essentiel du garçon allongé dans ce lit d'Hôpital changerait peut-être la donne pour l'Inspecteur qui pataugeait un peu.

Le soleil pâle et aveuglant tappait dans la pièce à tel point qu'une infirmière décida de s'arrêter un instant pour baisser les stores, histoire de ne pas déranger les visiteurs. C'est lorsqu'elle s'en allait qu'elle vit le jeune homme fortement inconscient depuis seulement quatre jours s'agiter légèrement. Elle n'en revint d'abord pas, jusqu'à ce qu'il entame un mouvement lourd et difficile de sa main vers ses yeux.


« La… Lu… Lumière… »

Antonio, plongé dans l’obscurité totale depuis quelques jours, ne voyait qu’une étendue de blanc devant lui due aux insupportables rayons brillants traversant les fins rideaux descendus par la jeune femme. Celle-ci, bien plus qu’étonnée, courut appeler le médecin.

Dans la journée, sans vraiment s’en rendre compte, le jeune homme subit plusieurs examens qui montraient qu’il était redevenu conscient, bien qu’il fût encore assez faible.

C’est le soir, alors que la lumière venue de l’extérieure rendait maintenant la chambre plus orangée, qu’il devait avoir de la visite. Il s’attendait bien évidemment à recevoir la police locale, qui l’interrogerait sur les évènements de la fête dont il était sorti dans un état si grave. Antonio ne voulait aucunement entraver la justice et avait toujours été un homme droit, mais son statut d’Élémentaliste de la Terre, et bien plus que cela, de Grand Chevalier de l’Élément, contrebalançait maintenant face à son honnêteté. Puis, quoiqu’il en soit, même s’il avait voulu raconter la vérité, on ne l’aurait pas cru et il aurait probablement été inculpé pour entrave à la justice. À l’instant où l’on annonçait l’arrivée de ces personnes qui désiraient le voir, il n’était toujours pas sûr de ce qu’il allait dire aux forces de l’ordre, et n’en avait même aucune idée. Il était sûr que Yeldéa devait répondre de ses crimes et de l’incendie qu’elle avait provoqué, mais comment l’expliquer logiquement ? Cette jeune femme et Thomas étaient à l’origine de son propre état ainsi que de l’incendie, puisque si l’Élémentaliste de l’Air n’avait pas laissé éclater sa colère face à Chloé, celle du Feu n’aurait jamais virevolté pour enflammer tous ces alcools. Ce qu’Antonio ignorait néanmoins, c’était que cet incendie avait provoqué la mort d’un jeune homme de la presse locale, probablement venu à cette fête pour écrire un article à son sujet, autrement dit, un jeune homme complètement innocent qui n’avait quasiment pas été aperçu toute la longueur de la soirée…

Antonio n’avait pas bien saisi son nom. Entendant dans le couloir des pas s'approcher de sa chambre, il comprit que l’Inspecteur arrivait. C'est une silhouette féminine qui traversa le cadre de la porte, seule. Le jeune homme ne vit pas là un Inspecteur de police, mais une amie et alliée qu’il connaissait bien. Montrant son soulagement, mais incapable d’exprimer sa surprise, un léger sourire se dessina sur le visage du jeune homme, tourné vers l’entrée de sa chambre. Le destin lui avait offert un sympathique coup de pouce : la police n’avait probablement demandé à ce que les visites soient interdites au jeune homme avant d’avoir recueilli son témoignage…

Dans un souffle, toujours souriant, le jeune homme dont la façon de parler montrait bien son était de faiblesse se contenta d'un :


« Salut… »


Dernière édition par Antonio le Lun 13 Oct - 19:38, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leselus.actifforum.com/viewtopic.forum?t=8
Suna
Élémentaliste de la Terre
Élémentaliste de la Terre
avatar

Nombre de messages : 168
Age : 30
Âge : 20 ans
Emploi : Étudiante Universitaire
Clan : Ordaphe
Date d'inscription : 16/12/2007

Niveau et Capacités
Niveau Niveau:
1/100  (1/100)
MessageSujet: Re: Le Réveil Espéré   Mar 2 Sep - 18:08

Le long du chemin qui guidait les pas de Suna jusqu'à l'hôpital, la jeune femme était songeuse sur plusieurs points, elle espérait qu'Antonio aille mieux et souhaitait aussi ne pas avoir vue ce qui s'était passé durant cette soirée. Les yeux saphirs perdus dans le vague, il arrivait que certaines personnes s'écartent subitement pour éviter une collision, les mains croisées devant elle faisaient preuve de son mal-aise.

Sa ballade s'acheva dans le hall de l'hôpital, un lieu encore inconnu d'elle, bien sûr Suna en avait entendu parler et savait quel fonction tenait ce bâtiment mais y entrer l'impressionnait tout de même. De premier abord, la jeune femme habituée aux couleurs chaudes de sa terre natale, fut désagréablement surprise par la froideur que dégageaient les murs et les tons blancs et gris rendait le tout triste. Son mal-aise s'accentua et c'est une saharienne désorientée qui s'adressa d'une voix douce à la secrétaire s'occupant des entrées. Sa voix fut plus basse qu'elle ne l'aurait penser et dut répéter sa demande à deux reprises, enfin elle sut dans quelle chambre se trouvait Antonio et comment s'y rendre, il fallait juste qu'elle ne se perde pas dans ce labyrinthe de couloirs aux odeurs qui lui semblaient bizarres et curieuses.

Suna aurait appelé ça un miracle, d'autres un bon sens de l'orientation, en tout cas, elle avait réussi à trouver le bon chemin et la bonne porte sans demander une seule fois son chemin. Doucement, la jeune femme poussa la porte de la chambre de son ami et un sourire illumina son visage inquiet lorsqu'elle vit le malade esquisser lui aussi un sourire, un faible "salut" en guise de bienvenue. Visiblement, il était pas en meilleure forme et d'emblée, Suna lui dit d'une voix douce et timide :


"Salut, s'il te plait ne parle pas trop, tu es épuisé et tes forces auront du mal à revenir si tu fais trop d'efforts. En tout cas, une de mes inquiétudes s'envole, j'avais de ne pas te trouver réveiller."

Elle marqua un petit temps de pause où ses yeux bleus fixaient intensément le visage pâle de son ami comme si ils voulaient être sûr qu'il était en bonne voie de guérison. Puis, la jeune femme reprit d'un ton un peu plus enjoué, toujours en souriant :

"Je ne sais pas quand est ce que tu sortiras mais je compte repasser dans la soirée pour t'apporter des fruits. Dans le désert, ils sont très appréciés pour guérir les maux et c'est bon pour la santé. Il y en a que tu préfères ?"

Ses mains se tordirent un peu au moment où Suna aborda le sujet de la soirée, son visage se fit inquiet et sa voix anxieuse :


"Sinon en ce qui concerne la soirée... J'ai vu ce qui s'est passé, je connais pas les noms et je ne veux pas les connaître... Mais je sais qui est la cause de l'incendie, je sais comment ça à démarrer. Pardonne moi, je me suis enfuie, j'ai pris peur, j'ai vu trop de combat d'en ma vie pour participer à celui-là..."

Les derniers mots étaient prononcées avec une grande gêne, ses joues rougissaient à vue d'oeil et ses yeux saphirs se perdaient dans une contemplation abusive du mur d'en face.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leselus.actifforum.com/suna-ichigo-t360.htm
Sophia
Élémentaliste de la Terre
Élémentaliste de la Terre
avatar

Nombre de messages : 174
Âge : 21 ans
Emploi : Etudiante Universitaire
Clan : Ordaphe
Date d'inscription : 07/07/2006

Niveau et Capacités
Niveau Niveau:
1/100  (1/100)
MessageSujet: Re: Le Réveil Espéré   Sam 6 Sep - 7:00

Elle connaissait ce qui avait mis cet ami dans l’état dans lequel il se trouvait. Ce n’avait pas été la première fois qu’elle avait été à l’hôpital pour le voir. Une partie d’elle la prenait pour coupable des maux d’Antonio parce qu’elle n’avait pas su agir au bon moment et convenablement, toute cette histoire d’élémentaliste quoi… L’autre partie, la plus grande heureusement, restait le plus sereine que possible, bien que son regard à elle sur les choses avait changé. Sophia, les écouteurs dans les oreilles, les mains dans les poches de ces Jean’s, le regard vers le sol, s’arrêta et releva la tête dans l’ombre du bâtiment qui s’érigeait devant elle. L’hôpital. Elle n’aimait pas l’hôpital. Mort, maladies, souffrances.

En pensant à Antonio dans son lit, Sophia soupira. Elle rabaissa la tête et entra. Elle n’avait pas besoin d’aller à la réception, elle savait déjà où se trouvait la chambre. La retrouver une troisième fois n’était pas un problème. Arrivée près de la chambre elle retira les écouteurs de ses oreilles pour les ranger. Son pas ralentit lorsqu’elle entendit une voix, qui lui était alors inconnu, résonner dans la chambre de son ami. Elle s’arrêta enfin près de l’encadrement, hors porté de vue. Avide d'entendre. Inconsciemment un fin sourire s’était affiché sur les traits de la jeune femme. Antonio était réveillé. Ce sourire se rétracta et elle continua d’écouter. Puis elle fit son entrée dans la chambre.


Suna : [...] Pardonne moi, je me suis enfuie, j'ai pris peur [...]

- J’ai pensé faire pareil.
Elle s’avança de plusieurs pas puis s’arrêta, calmement.
- Et j’avais été pendant une fraction de seconde sur le point de le faire.
Elle se prit à pensée qu’elle aurait dû, mais en fait, cette initiative aurait sûrement coûté la vie d’un ami. Sophia tourna la tête pour regarder dans les yeux Antonio. Elle lui ébaucha un sourire.

- T'es réveillé, j'suis contente que tu aille mieux. *Il a eut de la chance*
Les mains de la jeune fille se refermèrent sur les barreaux du lit. Elle mordillait légèrement sa lèvre inférieure pour s’empêcher de s’emporter sur toute cette histoire. Que Suna soit là derrière elle, ne la dérangeait pas, finalement elle finissait par simplement faire partir du décor pour Sophia qui l’oubliait déjà. Elle ne pu toutefois s’empêche de critiquer un peu. Sûrement de manière contenue pour le ménager, il semblait encore si faible.

- C’était stupide, tu le sais ça ?
J’espère que tu es content, tes délires d’élément-truc ont fait une victime.

Elle avala sa salive avec difficulté et s’arrêta là avant que ces émotions ne prennent le dessus.

_________________
- It Seems Like it was Yesterday, the Sun was Shining ... -

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leselus.actifforum.com/viewtopic.forum?t=36
Antonio
Grand Chevalier d'Ordaphe
Grand Chevalier d'Ordaphe
avatar

Nombre de messages : 671
Âge : 23 ans
Emploi : Etudiant Universitaire / Vendeur chez un disquaire
Clan : Ordaphe
Date d'inscription : 27/05/2006

Niveau et Capacités
Niveau Niveau:
1/100  (1/100)
MessageSujet: Re: Le Réveil Espéré   Dim 7 Sep - 15:43

Cette belle et jolie jeune fille aux bouclettes rousses et aux beaux yeux océan, c’était Suna. Antonio ne s’attendait pas vraiment à ce que ce soit la première venue à son réveil, loin de là. Ils s’étaient croisés, plusieurs fois, leur rôle d’Élémentalistes les obligeant à cela, s’appréciaient assez, sans que cela soit une vraie amitié, du moins pour le moment. C’était la raison pour laquelle la venue de la demoiselle n’était pas la première prévue, et elle en devenait bien plus touchante. Dès ses premières paroles, la jeune femme demanda à Antonio de ne pas trop se fatiguer, de ne pas trop parler. C’était un côté protecteur qu’Antonio appréciait qu’elle avait là, mais il ne se sentait pas si faible que cela, bien qu’il ne fut pas vraiment au meilleur de sa forme, mais il avait tendance à surestimer ses capacités physique et préférait donc éviter de retomber dans le vide de l’inconscience pour l’instant. Il écoutait la jeune fille parler, comme on parlait à un malade, n’importe lequel. Elle mettait pour l’instant entre parenthèse l’expérience traumatisante qu’ils avaient tous vécu, ce qui fit plaisir à Antonio, malgré le fait qu’ils aient forcément besoin d’en parler. Lorsqu’elle lui proposa des fruits, il sourit et cligna des yeux, pour accepter. Suna était une jeune fille du désert, ils l’avaient déjà évoqué une fois ou deux, en discutant. Cela faisait d’elle une fille très aimable, probablement élevée dans une convivialité qui la rendait touchante au moindre de ses actes qui paraissaient entièrement désintéressés. Suna, aux yeux d’Antonio - des yeux qui se détachaient d’ailleurs du regard de son interlocutrice -, était une amie et alliée comme il en fallait une. Cependant, la face Élémentaliste de la jeune fille, il n’avait encore jamais eu l’occasion de la voir à l’œuvre. Et cette soirée n’avait rien changé à cette habitude, contrairement à Sophia, qui avait dévoilé pour la première fois ce côté caché de sa personne. Il ne lui en voulait pas vraiment pour cela, mais ils les autres, ceux qui l’avaient mis dans cet état, ne le laisseraient pas tranquille de si tôt, et ce n’était pas seul qu’il pourrait se défendre contre ces adversaires aux pouvoirs tous plus étranges les uns que les autres, quelques fois trop puissants, quelques fois invisibles et imprévisibles. Et ce combat, il fallait bien en parler maintenant, avant que la police n’arrive…

« S… »

On entendit à peine la consonne sifflée par la voix affaiblie d’Antonio, puisqu’elle se confondit dans le début de la phrase de Suna, au visage inquiet, que le jeune malade n’avait pas remarqué, tant il était plongé dans ses pensées…

De profondes blessures du passé avaient visiblement été la cause de la « fuite » de Suna, puisque c’est ainsi qu’elle-même le considérait, comme une fuite. Bien qu’il n’ait aucune déception vis-à-vis d’elle, il acceptait volontiers ces explications qu’il ne jugeait pas forcément nécessaire. Il était normal d’avoir peur. Mais il faudrait bien combattre cette peur un jour. Ils avaient été choisis, et ne pas faire face à ce destin les conduirait à leur perte. C’était ainsi qu’il le voyait. Antonio refusait cependant de le dire de vive voix, de peur d’effrayer ses alliés, quelquefois fragiles, ne réalisant pas vraiment dans quoi ils étaient plongés à ce jour…

Entre temps, une autre jeune fille avait passé la porte de la pièce. Une jeune fille qu’Antonio connaissait bien plus, une amie, Sophia. Elle exprima à son tour la peur identique à celle de Suna qu’elle avait pu ressentir, puis sa joie du réveil d’Antonio.


« Je vais m’en sortir sans graves conséquences… Et j’ai deux super jolies filles qui m’attendent dès mon réveil, pour moi tout seul… »

Ce n’était pas vraiment le moment de rire, mais Antonio préférait éviter de se lamenter sur son propre sort, attirant les sanglots des autres ensuite. Sans vraiment faire attention à la réaction des jeunes filles à cette pseudo blague, il fixa leurs regards l’une après l’autre, et, plus sérieusement, toujours d’une voix faible et un peu hésitante, il dit avec un très léger sourire :

« Merci. »

Un remerciement pour être venues le voir dès son réveil, peut être avaient elles été averties, peut-être pas. Une reconnaissance un peu plus particulière pour Sophia, puisqu’elle l’avait en partie sauvée, et qu’il fallait bien mettre son orgueil de côté cette fois-ci : il n’aurait sûrement pas été très loin tout seul.

C’est Sophia qui reprit la conversation, reprochant à Antonio des « délires » et des actes « stupides ». Elle n’avait pas tord, mais il n’était pas vraiment d’accord. Un petit peu irrité par cette remarque alors qu’il venait de reprendre conscience, il pris son souffle, s'apprêta à parler, puis fut arrêté lorsqu'un mot résonna dans son esprit. « Victime ». Il y avait eu un mort suite à cet incendie ? La culpabilité rongeait déjà Antonio, il était en partie responsable de la mise dans cet état du Gymnase, de l'effroi de tous ces gens, peut-être blessés, mais s'il y avait une victime, il s'en voudrait beaucoup plus. Un silence reigna. Le jeune homme pris son souffle et dit, le regard fixé au plafond :


« Je n’ai pas choisi d’avoir une position si importante dans cette guerre, ni même d’y participer, mais je suis obligé de l’accepter. Tourner le dos serait bien plus dangereux que de faire face, j’en suis persuadé… »

Un léger frisson le parcourut, le trouble et l'émotion provoqués par toute cette histoire se lisant dans ses yeux et s'entendant dans sa voix et sa façon sacadée d'expliquer ce qu'il ressentait. Antonio retourna son regard vers les jeunes filles qui le fixaient, tout près de son lit, évoquant son rival et adversaire et cette force silencieuse qui le possédait lorsque la fureur s’emparait de lui.

« Je connais Thomas depuis longtemps déjà et j’ai constaté plusieurs fois que lorsqu’il se met en colère, il n’est plus simplement désagréable, le courroux qu’on lit dans ses yeux n’est pas le sien. Je ne pouvais pas laisser Chloé dans ses griffes et… »

Antonio toussa légèrement. Il savait qu’il n’était pas apte à discourir pendant plusieurs heures et qu’il avait besoin de repos, mais pas qu’il n’était pas capable d’aligner trois phrases complètes. Il fronça les sourcils, son regard dévié revint encore une fois vers les jeunes filles.

« J’ai tenté de l’éloigner et elle l’a attaqué. »

Lorsqu’il avait été vers Chloé, c’était pour s’éloigner de Thomas et de tout combat. La jeune fille avait certes quelque peu fauté en attaquant l’Élémentaliste de l’Air, mais Antonio ne pouvait pas la laisser là, seule face à la tempête qu’elle faisait se lever. Il n’avait en effet jamais voulu ce combat, ni aucun des conflits qui avaient pu arriver précédemment, qu’il y ait participé ou non. Malgré lui, il était plongé dans cette guerre qu’il trouvait plutôt dangereuse et qu’il aurait voulu éviter, mais il restait bien évidemment persuadé qu’elle était inévitable. Il fallait juste tenter de l’achever en provoquant le moins de dégâts possibles. Justement, les dégâts matériels ou humains, il les ignorait encore…

Dans le silence qui s’était installé, le jeune homme hésitant questionna celles qui avaient tout vu et tout entendu depuis qu’il avait fermé ses yeux il y a quelques jours. Il était temps que les dires de Sophia soit confirmés : y avait-il eu un mort ? Et du reste, des blessés, peut-être...


« Et… Qu’est-ce qui est arrivé après ? J’veux dire… Les conséquences de tout ça… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leselus.actifforum.com/viewtopic.forum?t=8
Suna
Élémentaliste de la Terre
Élémentaliste de la Terre
avatar

Nombre de messages : 168
Age : 30
Âge : 20 ans
Emploi : Étudiante Universitaire
Clan : Ordaphe
Date d'inscription : 16/12/2007

Niveau et Capacités
Niveau Niveau:
1/100  (1/100)
MessageSujet: Re: Le Réveil Espéré   Lun 29 Sep - 10:57

Antonio n'eut pas le temps de lui répondre, une deuxième jeune fille apparut dans la pièce et l'interrompit sans ménagement. Pour une première impression, c'était pas gagné mais ce que la saharienne ressentait de cette petite tornade ne lui faisait pas peur et ne faisait naître aucun sentiment de colère, rassurée, Suna se mit légèrement à l'écart et écouta la nouvelle venue et le malade discuter en silence.

Cette affaire était bien plus compliquée qu'il n'y paraissait et les conséquences diverses qui étaient en train d'en découler changeraient bien des choses, la saharienne le sentait. Les pouvoirs en jeu et cette haine viscérale des autres éléments, tout cela mit à jour par un fichu incendie allait dépasser l'entendement dans le monde humain. Ajouter à cela, l'ouverture d'une enquête policière et la boucle était bouclée, il fallait s'en sortir sans trop de casse, le défi se présentait difficile.


Le silence des voix dans la chambre fit sortir de ses pensées la jeune femme, elle tourna ses yeux d'azur vers Antonio et y lut une question muette puis des mots se formèrent. Fatidique, il fallait lui dire et apparemment l'autre jeune femme ne désirait pas aller plus loin dans son récapitulatif. Suna respira un grand coup et s'avança vers l'autre bord du lit, sans quitter le malade des yeux, l'expression de son visage était peinée et une lueur de tristesse pointait dans ses prunelles bleues, malgré tout sa voix resta douce et chaude.


"Je ne vais pas y aller par 4 chemins, le gymnase est entièrement calciné et il y a eu un mort, un jeune homme venu faire un article sur cette soirée. Il est mort dans l'incendie, d'après les journaux il n'avait rien de particulier..."


Elle insista légèrement sur ces derniers mots puis reprit d'un même ton :

"Il y a une enquête d'ouverte pour déterminer la cause de tout ça, des interrogatoires ont été mis en place. Il va te falloir toutes tes forces car ils n'attendent que toi... D'ailleurs, il faudra moi même que j'y aille."

Un moment de courte réflexion s'imprima sur son visage bronzé, un regard pour chaque personne présente, sa voix se fit alors plus sérieuse :


"Il ne faut pas que nos témoignages divergent, j'ai tout vu, pour ma part ça s'arrête là. Aucun nom, aucune heure. La protection est de mise pour Nous et les mystères qui Nous entourent. Une fois partie d'ici, j'irais droit au commissariat ainsi je n'y reviendrais plus, à vous de décider de ce que vous allez dire."

Un sourire finalisa ce petit monologue adressé à ses deux alliés puis elle prit une chaise et s'assit, attendant leurs décisions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leselus.actifforum.com/suna-ichigo-t360.htm
Sophia
Élémentaliste de la Terre
Élémentaliste de la Terre
avatar

Nombre de messages : 174
Âge : 21 ans
Emploi : Etudiante Universitaire
Clan : Ordaphe
Date d'inscription : 07/07/2006

Niveau et Capacités
Niveau Niveau:
1/100  (1/100)
MessageSujet: Re: Le Réveil Espéré   Sam 4 Oct - 23:45

Comment Antonio pouvait-il être capable de plaisanter dans un moment pareil ? Il ne devait pas tellement se rendre compte de l’impact que la situation avait eu et… avait toujours sur So’. C’était peut-être cet état de conscience de son ami qui contraria la jeune élémentaliste et la poussa à lui faire des reproches. Reproche très légitime ! Ce qu’elle vit ensuite dans le regard d’Antonio, et ce qu'elle perçut dans la vibration de ses paroles, la toucha. En fait, il se sentait vraiment mal, vraiment coupable.
Elle se savait directe, mais là... si elle pouvait seulement arriver à lui dire, à cœur ouvert, tout ce qui lui passait par la tête. Pas seulement des reproches, bien qu’il l’avait plongé dans toute cette histoire!

Sophia décida de faire les cent pas. Bras croisé elle arborait un air un peu troublé. Elle semblait surtout un peu agacée, toujours contrarié, - ou essayait de garder cet air - pourtant il lui allait mal. On l’imaginait facilement souriante, riante, débordante d’énergie.
Silencieusement Sophia inspira et expira un coup calmement. Ce petit exercice sembla l’aider à faire face puisque lorsqu’elle tourna la tête vers les autres elle sembla plus calme, sereine. La situation, en fait, le demandait. Le regard de Sophia passa de son ami à Suna, sur qui il s’arrêta. Une flamme de vengence passa dans son regard d'ange. Il n'y était pas question de se demander ce qu'elle dirait aux agents de police lorsqu'elle serait convoquée à son tour. Elle n'hésiterait pas une seule seconde à les mettre sur la bonne piste ...

_________________
- It Seems Like it was Yesterday, the Sun was Shining ... -

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leselus.actifforum.com/viewtopic.forum?t=36
Antonio
Grand Chevalier d'Ordaphe
Grand Chevalier d'Ordaphe
avatar

Nombre de messages : 671
Âge : 23 ans
Emploi : Etudiant Universitaire / Vendeur chez un disquaire
Clan : Ordaphe
Date d'inscription : 27/05/2006

Niveau et Capacités
Niveau Niveau:
1/100  (1/100)
MessageSujet: Re: Le Réveil Espéré   Dim 5 Oct - 14:59

« Je... »

Ce début de phrase n'avait en réalité aucune fin. Antonio ne savait pas quoi dire, comment réagir face à ce qu'il venait d'entendre. Il était encore plus désolé, mais ce n'était pas ici qu'il devait présenter ses excuses. Et il fallait de toute façon du courage pour aller en présenter à ceux qui avaient perdu cet être qui leur était cher. Le regard de l'Élémentaliste se tourna, brillant, vers la fenêtre de la chambre d'Hôpial, toujours ce fin tissu qui empêchait une partie de la lumière rentrer, laissant le reste éclairer la chambre de cette teinte due au coucher du soleil. Il n'allait plus tarder à faire nuit. Il leur restait néanmoins quelques instants pour discuter. Mais là était le problème, Antonio ne savait pas quoi dire, il ignorait comment réagir face à cela. Jamais il n'avait été à l'origine d'une mort. Même s'il ne l'était qu'en une infime partie dans ce cas là, puisqu'il restait bien convaincu que la majorité de la faute reposait sur Thomas et cette esprit étrange qui le possédait chaque fois. Là n'était pas la question, de toute façon...

Sophia se mit à faire les cents pas, et la culpabilité s'élevait dans le coeur d'Antonio. Il s'était mis dans une situation très délicate, mais avait aussi mis ces autres personnes dans cette situation. Suna, qui n'avait rien fait, Sophia, qui avait simplement voulu lui venir en aide. Cette Sophia dont le côté Élémentaliste était caché dans une infime partie d'elle, cellé par la peur de ce qui pourrait arrivé, du moins jusqu'à ce soir-là. Maintenant, cette peur qu'Antonio n'avait jusque là pas vraiment comprise, il la voyait devenir concrète. Tout ce qui allait se passer l'effrayait, mais pour Sophia, elle, qui l'avait toujours redouté, cela devait être bien pire encore. Le visage de la jeune fille restait néanmoins calme, bien que visiblement troublé, ou, du moins, pas bien à l'aise, loin d'être dans son état normal. C'était une amie qu'Anonio voyait là, allant mal, et inconsolable, parce qu'il était à l'origine de ce mal, de cette douleur.

Suna reprit le fil de la conversation après quelques instants de silence. C'était bien mieux, puisqu'Antonio n'aurait pu le faire. La jeune fille évoqua très clairement l'interêt qu'ils avaient tous à parler d'une même voix durant ces fameux témoignages. Ils allaient maintenant très clairement tous subir la colère des clans auxquels celui de la Terre s'était opposé ce soir-là, et pour cela, il fallait être à l'effectif maximal, le plus unis possible, pour non pas tenter d'attiser le feu, mais de se défendre de celui-ci, qui allait à coup sûr être bien dangereux, puisque Thomas était en tête de fil de ceux desquels ils devraient tous se protéger. Suna ayant très clairement mit en évidence ce détail, elle dit que sa prochaine destination serait le comissariat. Elle voulait se débarasser en quelques sortes de ce fardeau, mais elle voulait probablement rencontrer Antonio avant cela, et là se trouvait une bien belle preuve d'amitié. Néanmoins, l'amitié ne devait pas prendre le pas sur le reste, et Antonio refusait catégoriquement que les jeunes filles mentenant pour -ou à cause - de lui.


« Merci. Merci de votre venue à toutes les deux, quelle qu'en soit la raison. »

Le jeune homme prit son souffle, tentant d'avoir voix plus pausée qu'à la phrase précédente, celle-ci ayant été troublée par la forte émotion qu'il ressentait face à ce qu'il venait d'apprendre, mais surtout ce qu'il appréhendait pour la suite des évènements...

« Je n'ai nullement le droit et l'envie de vous forcer à dire une chose ou une autre. Je me contenterais de vous avertir de ce que dira mon témoignage... »

Après une légère toux due à son état de faiblesse, il reprit, tentant de faire au plus vite.

« Je ne sais pas vraiment qui sont les coupables, mais j'en ai une petite idée. Et j'en fais peut-être partie... Cependant, je refuse de citer un nom quel qu'il soit, n'étant sûr de rien. Quand à ce que j'aurai vu... »

Il détourna son regard un instant. Le mensonge, même par omission, était loin d'être des choses qu'il appréciait, mais il devait. Un important mystère reignait malgré tout sur l'origine de cette mort : due à la Magie ou non ? Il ne pouvait se permettre de faire une erreur...

« Des tensions entre certains de mes camarades, puis, très vite, le feu a envahit la pièce. Je dirait simplement avoir perdu connaissance, après tout, l'instant auquel je me suis évanouit ne peut pas être indiqué, même pas par les médecins. »

Ses yeux, à nouveaux, se déplacèrent. Vers le bas, cette fois, le sol. Il avait honte de dire ce qu'il venait de dire, il aurait encore plus honte de le raconter aux autorités, mais aucun de ces sentiments ne dépasserait ce qu'il pourrait ressentir s'il découvrait que son témoignage avait pu incriminer des innocents.

« Lorsque j'en saurai plus sur les origines de cette mort, lorsque j'aurai confirmé ma thèse sur la source de cet incendie, alors je reviendrais peut-être sur ce que j'aurai dit à la police... »

Enfin, déterminés cette fois, plus confiants tout à coup, ses pupilles se tournèrent vers Suna.

« Pas avant. »

Quelques minutes plus tard, la conversation s'achevait alors que le médecin d'Antonio frappait à la porte déjà ouverte. Il expliqua que les visites étaient terminées, et qu'il devait faire passer quelques analyses à Antonio, pour vérifier l'état dans lequel il se trouvait. Il ajouta que l'Inspecteur de Police avait été avertie de son réveil, et qu'elle n'allait plus tarder à arriver. Il faudrait donc que Suna et Sophia quitte les lieux au plus vite. Antonio ne voulait pas qu'un quelconque lien se fasse entre leurs témoignages...

Le jeune homme adressa un dernier sourire de la journée à ses deux amies...


« Merci. Encore... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leselus.actifforum.com/viewtopic.forum?t=8
Suna
Élémentaliste de la Terre
Élémentaliste de la Terre
avatar

Nombre de messages : 168
Age : 30
Âge : 20 ans
Emploi : Étudiante Universitaire
Clan : Ordaphe
Date d'inscription : 16/12/2007

Niveau et Capacités
Niveau Niveau:
1/100  (1/100)
MessageSujet: Re: Le Réveil Espéré   Lun 13 Oct - 17:08

Sophia garda le silence même après le petit monologue de la saharienne et cette dernière prit ce silence pour un avis favorable, préférant ne pas imaginer le contraire. Pour Antonio, le mensonge lui était impensable ce que comprit aisément Suna et de toute façon mentir dans un interrogatoire était tout de suite repérable. Là n'était pas l'intention de la jeune femme mais plutôt de cacher comme les autres élémentalistes avant elle, certains détails.

En somme, ils étaient tous trois d'accord et un regard à sa montre argumenta la décision d'Antonio d'abréger cette rencontre. Qui sait comment pour interpréter la police cette visite impromptue, les conséquences et autres choses nuisibles dont jeunes gens pouvaient très bien se passer. Suna tourna son regard azur vers le malade et d'une voix douce, un sourire tendre aux lèvres lui dit :


"T'en fait pas pour nous, nous saurons nous débrouiller. Quand à toi, repose toi au mieux, je repasserais te voir pour t'apporter les fruits promis et ainsi faire le bilan de cet entretient si inutile avec l'inspectrice. Le mieux serait de ne plus l'avoir dans les pattes mais à part la manière forte que je désapprouve totalement, il n'y a plus qu'à laisser passer le temps..."

Les derniers prenaient une certaine gravité devant l'ampleur des proportions de cette triste affaire. Les dés étaient jetés, savoir le résultat positif ou non tiendrait à peu de chose. La jeune femme caressa doucement la main d'Antonio et dans un dernier sourire lui tourna le dos, ses cheveux légers suivant le balancement de son corps, elle quitta la chambre.

Sortie de l'hôpital, la jeune femme soupira un grand coup, elle avait hâte que tout cela finisse et de rentrer auprès de son aimé, se sentir en sécurité dans ses bras. Mais avant tout, un lieu plus que lugubre l'attendait, le commissariat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leselus.actifforum.com/suna-ichigo-t360.htm
Sophia
Élémentaliste de la Terre
Élémentaliste de la Terre
avatar

Nombre de messages : 174
Âge : 21 ans
Emploi : Etudiante Universitaire
Clan : Ordaphe
Date d'inscription : 07/07/2006

Niveau et Capacités
Niveau Niveau:
1/100  (1/100)
MessageSujet: Re: Le Réveil Espéré   Dim 19 Oct - 16:39

Que dire ? Il fallait y penser! Élaborer un plan! Elle ne pouvait quand même pas tout raconter à l’inspecteur. On pouvait raconter l’essentielle, et omettre certains détails juteux. Incriminer ceux qu’elle avait vus peut-être! Et cette femme qui s’en était prit à Antonio ? Ils étaient tous coupable! Omettre des détails ? Ce ne pouvait pas être bien compliquer, elle n’avait qu’à éviter le passage des pierres volantes et de tout le tralala et dire la version officielle que tout le monde connaissait. Tout en incluant quelques noms et visages, bah… Sophia n’était pas très bonne menteuse de toute manière.

Elle écoutait la version d’Antonio. Il ne fallait pas qu’elle puisse dire quelque chose allant dans le sens contraire de son ami tout de même! Mais alors… se serait mentir ça, non ? Bien… qu’il se soit évanouit avant ou après les coups de la dame de feu se n’était pas si… grave non ? Allait-on lui poser des questions sur tous ces bleus ? Après tout, n’accompagnait-elle pas Antonio ce soir là ? Voilà, elle commençait déjà à paniquer !! Elle voulait se venger, qu’est-ce qui l’en empêchait ? Rien! Alors… tout allait bien ? Elle n’avait qu’à dire ce qu’elle devait dire. Oui… et toute cette histoire, ce véritable cauchemar serait loin derrière elle à l’arrestation des coupables. Ils seraient derrière les barreaux et elle pourrait continuer de vivre sa vie, normalement!

Elle fut extirpée de ces pensées par le médecin. Sophia devait quitter ? Mais… elle venait tout juste d’arriver! La jeune femme releva la tête vers la fenêtre, et aux teintes pénétrant dans la chambre elle comprit assez vite que le soleil commençait à décliner dangereusement. Suna commençait à partir.


Oui, repose toi.
Ce sera bientôt derrière nous…


Puis elle le laissa seul avec le compétent médical.

_________________
- It Seems Like it was Yesterday, the Sun was Shining ... -

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leselus.actifforum.com/viewtopic.forum?t=36
Inspecteur Monika Durand
Inspecteur de Police
avatar

Nombre de messages : 30
Âge : 28 ans
Emploi : Inspecteur
Clan : Police
Date d'inscription : 05/06/2008

MessageSujet: Re: Le Réveil Espéré   Mar 28 Oct - 14:01

Démarche droite et fière, son pas posé et gracieux claquait de détermination. De petits claquements résonnant dans tout l’hôpital du hall à une chambre en particulier qu’elle traquait du regard comptant dans le long couloir chaque chambre la séparant de l’un de ses témoins victimes principaux, l’un de ceux qui se plaçaient au centre de cette macabre histoire. Oui, Monika avait vu de biens sombres affaires au cours de la longueur insoupçonnée de sa carrière. Mais elle ne ployait jamais sous l’horreur, dominait depuis des années sa peur et ne pensait qu’à retrouver l’auteur du crime, ce pourquoi elle obtenait généralement de bons résultats. Ce n’était pas pour rien qu’elle était considérée comme parmi les meilleures de son pays. Elle comptait bien à ce que cette atroce affaire de meurtre pyromane ne fasse pas exception.

Malheureusement il semblait régner une loi du silence impénétrable dans l’université. Très peu de réponses avaient pu être récoltées par l’Inspecteur : Rachel Nogami assurait ne rien avoir vu ni entendu, à croire qu’elle n’était pas dans ce gymnase, Silvio parlait d’une dispute entre ce fameux Thomas et Chloé sans plus, Dyane avait semblé interloqué à la demande d’informations supplémentaires sur Sophia, Arianna parlait de Yeldéa sauvant Antonio et d’une discussion entre Rachel et Yeldéa… Les pièces du puzzle avaient bien du mal à s’imbriquer, aucun d’entre eux n’évoquait la présence d’Allan, les liens entre étudiants semblaient d’une banalité à tout rompre et les liens entre liaisons ne donnaient rien toute cette histoire n’aboutissait vraiment à rien, il lui fallait des réponses, et vite !

Cette affaire était finalement la plus mystérieuse que Monika avait eu à résoudre, les étudiants semblaient cacher de lourds secrets. De plus certains évènements sur lesquelles s’était renseignée l’Inspecteur Durand semblait inexplicables, à la limite du naturel : des traces de déracinements massifs dans la forêt à la fin de l’été dernier, plus loin dans le temps, en 2001 de gros résidus de glace avaient été retrouvés dans la piscine municipale en plain été, vers la même date une maison du quartier résidentiel avait été en partie détruite par une déflagration sans source apparente, pas de tempête ni feu. La ville de Sinespirac renfermait une quantité incroyable de faits étranges tels que ceux-ci.

Ah là voilà enfin ! La chambre de ce cher Antonio… Il était réveillé, parfait. En arrivant elle avait bien cru apercevoir Suna au fond du couloir, elle disait pourtant n’avoir aucun lien avec le jeune homme… Tout le monde lui mentait et l’Inspecteur les dents serrées se retint pour ne pas interpeller la jeune femme, il fallait qu’elle se concentre sur Antonio. Elle arriva donc de son air assuré et sérieux dans la chambre du jeune homme, refermant soigneusement la porte derrière elle.


« Bonjour Monsieur Pedrucci. Voilà quelques temps que j’attends impatiemment de pouvoir vous parler… Je me présente : Inspecteur Monika Durand, chargée de l’enquête concernant l’incendie du gymnase et la mort de l’un de vos camarades. »

Son ton était désespérément froid. Elle posa alors le lourd dossier concernant l’affaire sur la table de chevet du jeune homme et sortant son dossier médical continua :

« Observant apparemment aucun traumatisme crânien vous menant à un quelconque état végétatif de larve vagissante, ou bien de présence de trou de mémoires je vais me permettre de vous poser quelques petites questions sur cette tragique soirée. Tout d’abord veuillez me donner l’enchaînement des évènements tels que vous vous en souvenez. »

Monika l’observait un bloc-notes et un crayon entre les mains, derrière ses lunettes avec cet air strict et ce regard perçant qui faisaient toute sa personnalité. Elle nota soigneusement les mots clefs de sa réponse avant de continuer en prenant une pochette plastique de laquelle elle sortit les photographies de Yeldéa, Thomas et Allan, les étalant sur les genoux de l’alité à quelques centimètres les unes des autres. Elle observa attentivement où se portait le regard d’Antonio en continuant :

« L’un d’entre eux est mort dans l’incendie. Que pouvez-vous me dire de chacun d’eux ? »

Elle prit encore quelques notes et avançant la chaise sur laquelle elle était assise elle s’approcha d’Antonio comme si elle ne voulait pas parler trop fort pour ne pas être entendue elle reprit la parole en reprenant le dossier médical :

« Vous savez votre cas m’interpelle un petit peu… Vous n’êtes pas réputés pour être particulièrement casse-cou, pourtant en moins d’un an vous vous retrouvez deux fois à l’hôpital avec des symptômes un peu…bizarres… Comment pouvez-vous me l’expliquer ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leselus.actifforum.com/enquete-criminelle-nemesis-scenari
Antonio
Grand Chevalier d'Ordaphe
Grand Chevalier d'Ordaphe
avatar

Nombre de messages : 671
Âge : 23 ans
Emploi : Etudiant Universitaire / Vendeur chez un disquaire
Clan : Ordaphe
Date d'inscription : 27/05/2006

Niveau et Capacités
Niveau Niveau:
1/100  (1/100)
MessageSujet: Re: Le Réveil Espéré   Mar 11 Nov - 16:53

Le moment était venu. Ne plus réfléchir. Il était temps de sauver un maximum les principes qu’Antonio avait énoncé à Sophia et Suna avant l’arrivée de l’Inspecteur Durand, de s’en tenir comme il le pourrait à ce qu’il avait expliqué à ses amies, des amies que la Monika Durand n’avait apparemment pas croisé dans le couloir, du moins, c’est ce qu’il espérait. Sans donc qu’il ne puisse prendre encore un instant pour se reposer, le jeune homme à peine sorti d’un coma de plusieurs jours devait enchaîner, malgré la fatigue évidemment, avec ce qui allait déterminer en partie la suite des évènements, celle qu’il redoutait tant.
La porte se refermait, la demoiselle se présentait brièvement, et Antonio eut à peine le temps de voir son visage qu’elle le questionnait déjà, avec en main le fameux dossier médical assurant qu’il était capable de se souvenir de cette soirée et en état de répondre à cet interrogatoire qui débutait alors qu’on lui demandait simplement, pour commencer, comment s’étaient enchaînés les évènements. D’un ton calme qu’il s’efforçait d’avoir, malgré l’angoisse qui tenter d’investir ses cordes vocales, le garçon répondit :


« Je ne sais pas si cela vous aidera, mais pourquoi pas ? Je suis arrivé dans le Gymnase, aux alentours de… Je ne sais plus vraiment. C’était au début de la soirée, en fait. Il n’y avait quasiment personne, alors nous nous sommes rapidement attablé avec un cocktail à la main… »

Les paroles d’Antonio étaient un peu brouillonnes, mais il n’avait même pas le temps de s’en vouloir de n’avoir pas été aussi clair qu’il l’espérait, puisqu’il tentait, lui aussi, de se remémorer le début de sa soirée. La vérité était celle que le jeune homme disait, pour le moment en tout cas : il ne savait plus vraiment à quelle heure il était arrivé et avait un peu oublié le peu qu’il avait pu boire, mais il essayait de s’en souvenir au mieux. Antonio reprit après une courte pause, lentement, ses yeux concentrés fixés sur le plafond.

« Ensuite, la salle s’est remplie. Je ne me sentais pas très bien… »

Sophia pourrait en témoigner : Antonio était troublé en début de soirée. Évidemment, cela était dû à la présence d’un bon nombre d’Élémentalistes de clans adverses dans cette grande salle bondée, mais cela, Monika ne pourrait jamais le soupçonner.

« Peut-être la chaleur. Ou bien la foule. Il faut dire que je n’étais plus reparti dans ce genre de soirée depuis le lycée, et je ne suis pas très discothèque et compagnie. Oui, c’était probablement dû au grand nombre de personne présentes ce soir-là. »

Antonio s’arrêta là. Il allait peut-être déjà trop loin, puisqu’il interprétait déjà les symptômes qu’il énonçait. Ce n’était pas une faute grave, mais l’Inspecteur lui avait demandé de raconter simplement sa soirée. S’il y intégrait des interprétations personnelles, cela pourrait se retourner contre lui. Il conclut donc, brièvement, retournant son regard vers l’Inspecteur.

« Et, je n’sais plus trop quand, j’ai perdu connaissance. En plein milieu de la soirée, et… Me voilà. »

Si c’était pendant l’incendie ou avant qu’il s’était évanouit, elle se débrouillerait pour le savoir. Le témoin allongé sur le lit d’Hôpital ne savait plus exactement quand est-ce qu’il perdit connaissance, mais n’avait pas vraiment le souvenir de cet incendie. Antonio quant à lui, garderait le souvenir des flammes ardentes embrasant le Gymnase pour lui, du moins, aussi longtemps qu’il le pourrait.

Une fois ce récit fini, Monika s’empressa de sortir quelques photos qui se trouvaient parmi les divers dossiers qu’elle avait apporté avec elle. L’idée que tous ces papiers puissent participer à l’enquête effrayait Antonio : le combat qu’il menait, un peu malgré lui, prenait maintenant une ampleur plus importante qu’il ne l’aurait jamais imaginé. Le tension montait, mais il fallait se maîtriser, surtout face à ses trois photos. Dans un premier temps, il n’eut aucune réaction physique face à aucun des visages qui lui étaient présentés par l’Inspecteur. Il pointa d’abord Yeldéa du doigt…


« Cette fille… On s’est croisé. Il y a longtemps, dans l’Université. Au Campus, je crois bien. C’est une élève, mais… Je n’en sais pas vraiment beaucoup à son propos… »

…Si ce n’est qu’elle était une Élémentaliste maîtrisant le Feu, à l’origine même de cet incendie qui avait ravagé le Gymnase de l’Université tout entier, et probablement quelques salles voisines, mettant en danger des dizaines, voire centaine, de jeunes élèves. Mais elle n’était pas la seule fautive, il y avait aussi…

« Thomas. »

Antonio montra le visage correspondant.

« Je le connais depuis plusieurs années déjà, on ne se parle quasiment jamais et… Ce n’est pas le genre de personnes avec qui je m’entends vraiment, alors je préfère l’éviter… »

… Tant qu’il pouvait. Il connaissait Thomas depuis très longtemps déjà, mais les relations qu’il entretenait avec lui n’avaient commencé à exister que lors de la découverte de leur statut d’Élémentaliste, l’un et l’autre. Et ces relations étaient clairement explosives, et pas dans le bon sens du terme. Cependant, même s’il n’y était pas pour rien dans ce sinistre, Antonio ne pouvait mettre en avant leurs relations. S’il l’avait fait, il aurait pris le risque de s’impliquer dans cette incendie, et s’il se retrouver dans une quelconque prison, en préventive, ou même en simple garde à vue, il n’aurait aucunement le temps de mener sa propre enquête sur tout ce qui se passait, sur comment était précisément arrivée la mort de ce jeune homme.

« Je suppose que c’est le garçon qui est mort… »

Antonio regarda les yeux couleur noisette de la jeune femme. Elle aussi, fixait les siens. Ce devait être une habitude, pour elle. Leurs regards s’étaient donc croisés un court instant, et Antonio comprit que cette femme n’était pas du tout prête à laisser tomber cette enquête et la classer. Loin de là. La bataille commençait à peine…

L’Inspecteur Monika Durand, à la droite du jeune homme, s’approcha tout à coup du jeune homme, lui posant une question bien plus qu’embrassante. Lui, un élève des plus studieux, se retrouvait deux fois à l’hôpital en moins d’une seule et même année, avec des symptômes plutôt « bizarres ». Au fur et à mesure qu’elle s’était rapprochée de son visage, le bras gauche d’Antonio s’était lentement dirigé vers l’interrupteur amovible qui se trouvait près de son lit. Juste avant qu’elle ne pose sa question, il appuya en toute discrétion.

Comment expliquer ses visites fréquentes à l’Hôpital de Sinespirac ? Antonio acheva l’interrogatoire, reprenant alors une bonne partie de son aisance orale :


« Il est vrai, que je n’étais pas vraiment un « casse-cou », comme vous dîtes. Surtout pas en arrivant ici. Maintenant, j’ai grandi. Je le suis probablement un peu plus… »

Sur cette phrase, la porte s’ouvrit, et l’infirmière qui avait quitté la pièce en courrant lorsqu’il s’était réveillé était de retour. Sans même adresser plus qu’un « Bonjour » de politesse à l’Inspecteur, elle se pencha vers Antonio, lui demandant ce qu’il y avait.

« Je me sens un peu fatigué, vous voyez… »

En d’autres termes, l’interrogatoire était terminé.

La jeune femme en blouse blanche assura qu’elle allait appeler le médecin, et, après avoir jeté un coup d’œil à sa montre, proposa à Monika de s’en aller : les heures de visites étaient bientôt terminées, et elle n’obtiendrait rien de lui dans cet état. La policière se leva, et le « témoin victime » la salua et la fixa alors qu’elle s’en allait, rapide et droite, disparaissant dans l’encadrement de la porte de la chambre qu’elle referma derrière elle, et lui adressant un dernier regard.

Tout cela ne faisait que commencer…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leselus.actifforum.com/viewtopic.forum?t=8
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le Réveil Espéré   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Réveil Espéré
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [AIDE] [HD2] Comment mettre uen musique pour le réveil
» William Somerset MAUGHAM : The Painted Veil ...
» Campagne du secteur Veil- Glossaire
» [Veil, Simone] Une vie
» [Poblete, Maria] Simone Veil : "Non aux avortements clandestins"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Élus :: [S]inespirac : la Ville :: Hôpital-
Sauter vers: